• Venez découvrir
    la communauté de Blauvac...

  • Une Histoire...

  • Une Abbaye...

  • Une liturgie...

  • Un accueil...

  • Un Magasin monastique...

Profession temporaire

« Que demandes-tu ? »
« La miséricorde de Dieu et celle de l’Ordre. »
« Nous rendons grâce à Dieu ! »

Sœur Marie a fait profession temporaire pour un an le 10 juin 2019, lundi de Pentecôte et mémoire de Marie, Mère de l'Eglise.

190610 Profession Temporaire Sr Marie 009

Profession temporaire, mais déjà un tournant important dans la vie monastique, tant pour celle qui fait profession que pour la communauté qui l’accueille. C’est un premier engagement, bilatéral. Il ne s’agit plus de découvrir, mais de s’engager ; il ne s’agit plus d’accueillir, mais d’intégrer. La communauté a rendu son vote : elle accepte la promesse de Sœur Marie, elle s’engage avec elle. Désormais, Sœur Marie est professe de l’Ordre.


« Sœur bien-aimée, toi qui as été consacrée à Dieu par l'eau et par l'Esprit au jour de ton baptême,
veux-tu, par la profession religieuse, lui être plus étroitement unie ? »

La profession monastique n’est pas un sacrement, elle est continuité du baptême. La professe ne fera que vivre en chrétienne. Mais tout est dans ce « que ». Faire profession, c’est d’une certaine façon faire vœu de baptême, de laisser jaillir en soi la source jaillissante dont on a été ondoyé. Ne faire que cela, n’être que cela : enfant de Dieu. Pas plus ni moins, mais intensément. S’engager dans la vie monastique, c’est s’engager à devenir un « explorateur curieux » de la Grâce (Saint Bernard).


« Pour suivre parfaitement le Christ,
veux-tu promettre obéissance, stabilité dans la communauté et conversion de vie ? »
« Oui, je le veux. »

La profession nous condamne librement à vivre, à être des vivantes, de vraies vivantes. Choisir la vie, ce n’est pas facile, il a fallu s’y préparer. Faire profession, c’est s’engager à refuser les choix mortifères, et la conversion de vie n’est autre que cet réponse à l’appel de Dieu : « Choisis la vie ! » La communauté est ce lieu concret d’exercice de la liberté, lieu de guérison et de transformation à la mesure de l’implication que l’on y met.


« Veux-tu chercher vraiment Dieu dans la solitude et le silence,
par la voie de l'oraison, dans le travail obscur et la lectio divina,
dans la pénitence joyeuse et la communion fraternelle ? »
« Oui, je le veux. »

C’est là le cœur de toute vie monastique : la rencontre de Dieu. Mais ce n’est pas la moniale qui en est l’actrice ; Dieu seul prend des initiatives, à nous d’y répondre. Il nous cherche bien plus que nous ne pouvons Le chercher, et être disciple consiste avant tout à Lui faire confiance, à Le laisser agir : « Fais-lui confiance, et Lui, il agira », dit le Psalmiste.

 

« Exauce ton peuple, Seigneur :
A la prière de Marie, la Mère de l'Eglise, comble de ton Esprit notre Sœur Marie que tu as appelée à suivre le Christ :
Qu'elle tienne sans faiblir les engagements qu'elle a pris.
Par Jésus le Christ Notre Seigneur. » Amen.

Dédicace de l'église

blauvac abbaye dedicace accueilSuite à des vices de construction, notre précédente église a dû être démolie et reconstruite. La Dédicace du nouveau Sanctuaire a eu lieu le 23 septembre 2006, en présence de Monseigneur Cattenoz, archevêque d’Avignon, de Monseigneur Guillaume, évêque émérite de Saint Dié des Vosges et aumônier du monastère, de Dom Georges Guignand, supérieur de l’Abbaye Notre-Dame d’Aiguebelle, de Dom Santiago, représentant de l’Abbé Général, de bien d’autres membres de l’Ordre, et de tous ceux qui ont bien voulu s’associer à cette célébration.

Lire la suite

Entrée au postulat

blauvac abbaye postulat bougieEntrer au monastère, que cela signifie-t-il ?

Tout d’abord, il y a « entrer ». Passer d’un espace ouvert et indéterminé à un lieu délimité par une frontière, laquelle a été ouverte. Quand on entre dans une maison, on passe du vaste monde à un lieu clos par des murs et un toit, par une porte qui a été ouverte pour l’occasion. Mais voilà qu’à l’abbaye, la porte ne s’ouvre pas sur une pièce, elle ne donne pas même dans l’église. Non, elle ouvre sur le cloître, cet espace délimité mais incirconscrit, puisqu’ouvert sur le ciel. C’est l’un des nombreux paradoxes de la vie monastique : en entrant en clôture, on entre en liberté.

 

Lire la suite

Abbaye Notre-Dame de Bon-Secours
994 route de Saint Estève
84570 Blauvac