• Venez découvrir
    la communauté de Blauvac...

  • Une Histoire...

  • Une Abbaye...

  • Une liturgie...

  • Un accueil...

  • Un Magasin monastique...

Profession temporaire

Heureux ceux qui ont vu le Ressuscité et reconnu à ses plaies la victoire,
mais heureux sommes-nous de croire sans avoir vu et sans le voir encore,
d'aimer Jésus, notre Sauveur.
(Tropaire du 2ème dimanche de Pâques)

En la fête de la bienheureuse Maria-Gabriella, moniale de notre Ordre, Sœur Laurence-Gabriella a fait profession temporaire pour trois ans, ce 22 avril 2020. 

« Que demandes-tu ? »
« La miséricorde de Dieu et celle de l’Ordre. »
« Nous rendons grâce à Dieu ! »

Profession temporaire, mais déjà un tournant important dans la vie monastique, tant pour celle qui fait profession que pour la communauté qui l’accueille. C’est un premier engagement, bilatéral. Il ne s’agit plus de découvrir, mais de s’engager ; il ne s’agit plus d’accueillir, mais d’intégrer. La communauté a rendu son vote : elle accepte la promesse de Sœur Laurence-Gabriella, elle s’engage avec elle. Désormais, Sœur Laurence-Gabriella est professe de l’Ordre.


« Sœur bien-aimée, toi qui as été consacrée à Dieu par l'eau et par l'Esprit au jour de ton baptême,
veux-tu, par la profession religieuse, lui être plus étroitement unie ? »

La profession monastique n’est pas un sacrement, elle est continuité du baptême. La professe ne fera que vivre en chrétienne. Mais tout est dans ce « que ». Faire profession, c’est d’une certaine façon faire vœu de baptême, de laisser jaillir en soi la source jaillissante dont on a été ondoyé. Ne faire que cela, n’être que cela : enfant de Dieu. Pas plus ni moins, mais intensément. S’engager dans la vie monastique, c’est s’engager à devenir un « explorateur curieux » de la Grâce (Saint Bernard).


« Pour suivre parfaitement le Christ,
veux-tu promettre obéissance, stabilité dans la communauté et conversion de vie ? »
« Oui, je le veux. »

La profession nous condamne librement à vivre, à être des vivantes, de vraies vivantes. Choisir la vie, ce n’est pas facile, il a fallu s’y préparer. Faire profession, c’est s’engager à refuser les choix mortifères, et la conversion de vie n’est autre que cet réponse à l’appel de Dieu : « Choisis la vie ! » La communauté est ce lieu concret d’exercice de la liberté, lieu de guérison et de transformation à la mesure de l’implication que l’on y met.


« Veux-tu chercher vraiment Dieu dans la solitude et le silence,
par la voie de l'oraison, dans le travail obscur et la lectio divina,
dans la pénitence joyeuse et la communion fraternelle ? »
« Oui, je le veux. »

C’est là le cœur de toute vie monastique : la rencontre de Dieu. Mais ce n’est pas la moniale qui en est l’actrice ; Dieu seul prend des initiatives, à nous d’y répondre. Il nous cherche bien plus que nous ne pouvons Le chercher, et être disciple consiste avant tout à Lui faire confiance, à Le laisser agir : « Fais-lui confiance, et Lui, il agira », dit le Psalmiste.

 

Dieu qui enflammas ta servante Soeur Laurence-Gabriella du désir de la vie éternelle,
purifie-la et répands sur elle la grâce de la persévérance
afin que, confiante dans le secours de ta grâce, elle accomplisse ses promesses,
et que, menant à bien l'engagement de sa profession,
elle obtienne les biens que dans ta volonté 
tu as promis à ceux qui persévèrent à ton service.
Par Jésus le Christ Notre Seigneur. » Amen.

Entrée au noviciat

« Que demandes-tu ? »
« La miséricorde de Dieu, celle de l’Ordre et celle de la Communauté. »
« Que le Seigneur te vienne en aide ! »

Le 14 septembre 2020, en la fête de la Croix glorieuse, Sœur Florence a commencé son temps de noviciat. 

 

Entrer au noviciat : devenir cette noviter veniens, nouvelle venue : non pas tant la dernière arrivée, que celle qui s'engage dans un premier pas de renouvellement continu d'elle-même, pour entrer dans la nouveauté du Christ qui fait toute chose nouvelle. Saint Irénée n'affirmait-il pas : "Dans sa venue, le Christ a apporté avec lui toute nouveauté" ?


« Avec le secours de la grâce de Dieu, j'espère et je désire militer sous le vrai Roi, le Seigneur Jésus Christ ;
l'Amour de Dieu m'a poussée à venir ici et à persévérer pour faire l'essai de votre genre de vie.
Apprenez-moi à suivre le Christ par le chemin de l'Evangile,
selon la Règle de Saint Benoît et les traditions cisterciennes. »

La nouveauté que constitue l'entrée au noviciat est signifiée par la réception de l'habit de novice, tout blanc, et le nom de sœur. C'est un engagement "ouvert" : la communauté accueille la novice plus avant dans sa vie et s'engage à la soutenir dans sa recherche de Dieu en lui faisant découvrir la tradition dont elle se nourrit ; la novice s'engage pour sa part à coopérer à ce processus de formation et de renouveau de sa personne. L'engagement porte sur la qualité des relations, mais la novice comme la communauté demeurent libres d'y mettre un terme. Le noviciat est un temps de discernement pour reconnaître ensemble si la vie monastique menée dans la communauté est vraiment un chemin de vie et d'épanouissement chrétien pour la nouvelle venue.

 

Ce chemin sera nécessairement un itinéraire pascal : il s'enracine dans la grâce du baptême et entraîne la novice dans un processus de renaissance, qui comportera immanquablement des aspects durs et âpres, propres à chacune et à son histoire. La novice aura à apprendre à y choisir la vie, la Vie reçue de Dieu. C'est le mystère de la Croix glorieuse, instrument de mort, mais qui en réalité devient le lieu du triomphe de la Miséricorde et le nouvel Arbre de vie. Le cierge pascal nous rappelle cet itinéraire. 

Avec la Vierge Marie, Notre-Dame de Bon Secours, rendons toute grâce à Dieu :
« Tous les âges me diront bienheureuse : le Puissant a fait pour moi des merveilles. » 

Entrée au postulat

Que demandes-tu ?
La miséricorde de Dieu et celle de l’Ordre.
Je demande à me mettre à l’école du Seigneur à la suite de Saint Benoît et de nos Pères de Cîteaux en cette Abbaye Notre-Dame de Bon Secours.

Tout commence par cette parole, ce geste si simple et si essentiel : demander la Miséricorde, une vie nouvelle, un espace pour devenir neuve sous le regard de Dieu, pour accéder à sa liberté la plus profonde. Christelle a accompli ce passage en ce 25 janvier 2020, fête de la Conversion de Saint Paul, dernier jour de la Semaine de prière pour l'Unité des Chrétiens. 

Lire la suite

Abbaye Notre-Dame de Bon-Secours
994 route de Saint Estève
84570 Blauvac