• Venez découvrir
    la communauté de Blauvac...

  • Une Histoire...

  • Une Abbaye...

  • Une liturgie...

  • Un accueil...

  • Un Magasin monastique...

La communauté aujourd'hui

blauvac abbaye cloitreEncapuchonné de blanc, le Mont Ventoux se recueille. La silhouette du vieil ermite qui avoisine les 2000 mètres stimule le contemplatif à grimper toujours plus haut. A ses côtés, enchâssée dans un écrin de silence et de verdure, « Notre Dame de Bon Secours » reçoit ses enfants dans un paysage planté de vignes et de cerisiers. Le grand Livre de la Nature aux senteurs de thym et de lavande s’ouvre ici largement et invite chacun à une promenade dans le jardin des Ecritures.

En ces lieux, pas de vestiges anciens mais une maison de maître, appelée « Château Bagnol », habilement transformée en monastère pour abriter la vingtaine de moniales fuyant la Drôme provençale afin d'échapper à l'expansion de la ville de Montélimar. Installée depuis 1991 sur la commune de Blauvac, dans le Vaucluse et désormais bien enracinée dans son diocèse d’adoption, la communauté mène la vie cistercienne simplement, dans l'alternance bienfaisante des Offices et du travail voulue par saint Benoît.


En 2005, nous faisions le pari fou de construire une église abbatiale dans le style dépouillé des grandes abbayes provençales. Depuis plus de dix ans déjà, sept fois de jour comme de nuit, sa cloche nous convoque à la louange et à la supplication. Nombreux sont les voisins, les amis, les pèlerins d’un jour à venir déposer leurs intentions de prière aux pieds de Marie, mère de toute consolation. Ils disent apprécier la beauté paisible de nos Offices et s’associent volontiers à nos chants. En été, aux premiers rayons de soleil, les oiseaux bientôt suivis des cigales, n’hésitent pas à mêler leurs voix aux nôtres pour veiller avec nous et nous tenir en éveil.

Une fabrique d'hosties, dont la modernisation donne quelques soucis, nous permet de vivre en vérité « du travail de nos mains. » Cet emploi favorise la
participation de chacune, à la mesure de son âge et de ses capacités physiques. Depuis la préparation de la pâte, la cuisson, la coupe... jusqu’aux étiquettes à coller sur les emballages, en passant par la comptabilité, nous éprouvons la joie d’œuvrer à la croissance du Corps du Christ.

« Les gourmandises de l’abbaye », confectionnées sur place, égayent notre magasin riche en produits monastiques et une hôtellerie ouverte aux chercheurs de sens, complètent nos activités. Régulièrement nous proposons à nos hôtes de goûter à la lectio divina et n’hésitons pas à organiser des retraites où la vie liturgique tient une grande place, plus particulièrement à Noël et à Pâques.


blauvac abbaye compliesActuellement, nous sommes dix-sept dans notre petite ecclesiola, réunies autour de mère Anne-Emmanuelle Devêche, abbesse depuis 1999. Une communauté internationale, grâce à la présence de deux sœurs polonaises et d’une sœur vénézuélienne. Des longues années vécues à Maubec, par nos aînées, nous avons hérité un charisme d’accueil et une réelle sensibilité aux signes des temps. En témoignent les sœurs issues d’autres communautés partageant notre vie, les laïcs associés à nos tâches quotidiennes. Récemment, l’arrivée d’un couple de Belges nous a permis de mettre en culture un jardin biologique. Quel plaisir d’accommoder et de déguster nos propres légumes, sans parler des framboises... Laudato si mio Signore !

Les personnalités à l’écorce un peu « rugueuse » composant notre coenobium ne l’empêchent pas d’être un espace où fête et pardon se conjuguent. Nous aimons nous exprimer à travers la danse ou le théâtre et nos déguisements sont un bonheur partagé. Du haut de ses 104 ans, notre doyenne, sœur Edwige, qui est aussi la doyenne de l’Ordre, est encore capable de rire aux éclats et même de danser, bien calée dans son fauteuil roulant. La sagesse des anciennes encore très actives parmi nous et l’ardeur des novices forcent notre émerveillement devant la diversité des dons de Dieu. Chaque sœur qui le désire peut trouver sa place dans nos murs en se sachant respectée dans ses différences. Cela ne va pas sans un labeur quotidien qui s’approfondit dans les réunions communautaires où une parole vraie, parfois décapante, circule librement. Le soir, c’est au Chapitre que nous nous retrouvons quelques minutes pour nommer les « épines de discorde » qui menacent d’empoisonner nos relations.

Le chant du Salve Regina couronne nos journées et tisse inlassablement le fil de charité qui nous lie aux communautés cisterciennes d’hier et d’aujourd’hui...

...et déjà à celles de demain.

Sœur Marie

Mère Anne-Emmanuelle

Sœur Aimée

Sœur Marie Aleth

Sœur Marie-Samuel

Sœur Michèle

Sœur Bérédick

Sœur Marie Raphaël

Sœur Pauline

Sœur Bénédicte

Sœur Marie Jean

Sœur Anne-Marie

Sœur Elisabeth

Sœur Edwige

Sœur Laurence

Sœur Marie Christelle

Sœur Claire Geneviève

  • Sœur Marie

  • Mère Anne-Emmanuelle

  • Sœur Aimée

  • Sœur Marie Aleth

  • Sœur Marie-Samuel

  • Sœur Michèle

  • Sœur Bérédick

  • Sœur Marie Raphaël

  • Sœur Pauline

  • Sœur Bénédicte

  • Sœur Marie Jean

  • Sœur Anne-Marie

  • Sœur Elisabeth

  • Sœur Edwige

  • Sœur Laurence

  • Sœur Marie Christelle

  • Sœur Claire Geneviève

Abbaye Notre-Dame de Bon-Secours
994 route de Saint Estève
84570 Blauvac